La netteté en photographie

2010/03/15

La photographie semble obsédée par la netteté : pellicule au grain ultrafin, objectifs au piqué extrême, mégapixels en abondance, bruit réduit à rien. Cette fixation présente des racines profondes, tant historiques que théoriques.

Au cours des années 1920, les photographes comme les praticiens des beaux-arts se sont interrogés sur ce qui constitue le caractère unique de leur art. Pour les photographes, la réponse est venue haut et fort : c’est la connexion au réel. Finis donc les flous « artistiques » et autres manipulations pictorialistes qui éloignent l’image photographique du réel auquel elle est d’abord connectée. Cette façon de voir s’est incarnée entre autres dans le mouvement Group f/64 qui prônait la netteté absolue de l’image allant jusqu’à favoriser le tirage sur papier brillant — ce groupe est ainsi nommé parce qu’une ouverture de f/64 produit une très grande profondeur de champ. Âme de ce mouvement, Ansel Adams parlait de poésie du réel.

Du même souffle, Adams révolutionnait la photographie de paysage en y incluant des éléments évanescents : nuages, brouillard, eau en mouvement. En alliant ces éléments éphémères à dureté de la roche, il opérait une fusion du pictural et du linéaire qui rappelle l’art oriental. Le flou d’Adams n’était plus celui de l’artifice, mais celui du sujet lui-même.

En complément du net, le flou en photographie permet d’échapper à la technicité et de se rapprocher de la fugacité des choses.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :