Le recul du temps

2010/10/04

À son décès en 1984, le photographe américain Garry Winogrand a laissé derrière lui 2500 rouleaux de film non développés et 6500 rouleaux non montés en planche contact. Quel contraste avec aujourd’hui où il ne s’écoule pas une seconde avant que l’on regarde ses images sur le petit écran de son appareil numérique!

Qu’a-t-on gagné avec ce retour instantané sur image? Sur le plan de l’analyse visuelle, le petit écran permet d’effectuer une visualisation rapide du cadrage et de la composition. Ces éléments demeurent souvent mal contrôlés au moment même de la prise de vue, surtout avec les sujets en mouvement. Revoir la scène figée, même quelques secondes, présente un attrait indéniable. La visualisation instantanée peut également aider à juger de la justesse de l’exposition. Le microécran ne permet toutefois pas de se prononcer sur les détails fins comme la texture et la netteté.

La visualisation rapide a par ailleurs créé une belle illusion, celle de croire que l’on peut analyser un sujet et l’interpréter en quelques secondes. Qu’apporte le recul du temps, celui que l’on prenait en attendant que ses images reviennent du labo? C’est Diane Arbus qui fournit indirectement la réponse. Elle a constaté ceci : « Une chose qui m’a frappée très tôt est que vous ne mettez pas dans une photographie ce qui va en sortir. Ou, vice versa, ce qui ressort n’est pas ce que vous y avez mis. » L’acte photographique se déroule en deux temps. À la prise de vue, on opère volontairement un certain découpage du temps et de l’espace. Ensuite, à l’écran d’ordinateur — lequel a remplacé la planche contact et la table lumineuse, on s’attarde à chercher ce qui est passé inaperçu au moment de déclencher et qui contient peut-être la clé inconsciente de l’image. Même aujourd’hui, certains photographes attendent des semaines, voire des mois avant d’aborder cette deuxième étape. Car pour la mener à bien, on a besoin du recul du temps. On a besoin d’oublier son intention de départ.

Il vaut mieux, donc, conserver toutes les photos qu’on prend et y revenir plus tard dans le calme, à l’écoute des surprises qu’elles peuvent réserver.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :